En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

fermer

Routes et déplacements

Entretenir et moderniser les routes départementales pour votre sécurité et votre confort

Parmi ses compétences obligatoires, le Département a pour mission d’assurer la conservation et la modernisation de l’important patrimoine routier dont il est propriétaire.

Avec un réseau de 5 150 km de routes départementales  et 1 577 ouvrages d’art, les agents de la direction des routes et des agences départementales de l’aménagement (ADA) sont chaque jour présents partout sur le territoire pour assurer votre sécurité et votre confort lors de vos déplacements, sans oublier les enjeux en termes de développement économique et de tourisme. 

Patrimoine

5 150 km de Routes Départementales

1 577 ouvrages d’art dont :

  • 1 150 ponts
  • 416 murs de soutènement
  • 10 écrans acoustiques
  • 1 tunnel

Budget

25 M € en 2018

Moyens

Près de 300 agents
23 camions
19 saleuses
48 fourgons
24 tracteurs de fauchage
23 lames de déneigement

La politique volontariste du Département se décline en 3 actions

Entretenir au quotidien

L’entretien annuel du réseau routier (20 M € en 2018 soit 80 % du budget alloué) :

  • Renforcement des routes  
  • Restauration des ouvrages d’art 
  • Fauchage des accotements 
  • Panneaux de signalisation, glissières…
  • Viabilité hivernale 
  • Interventions d’urgence suite à accidents…
  • Ramassage des déchets aux abords des routes…

Moderniser pour des routes plus sûres

La modernisation du réseau routier (1,7 M € en 2018 soit 7 % du budget alloué) :

  • OPÉRATIONS DE SÉCURITÉ TELLES QUE RÉAMÉNAGEMENTS DE CARREFOURS 
  • RECTIFICATION DE TRACÉ… 

Innover et aménager le territoire

Les grands projets routiers (3,3 M € en 2018, soit 13 % du budget alloué) qui visent à créer de nouvelles infrastructures ou à les rendre plus performantes.

Châtenay (route départementale n° 24)

Situé au nord est de Cognac, le boulevard de Châtenay (route départementale n° 24) enjambe le fleuve Charente et le Solençon (bras de la Charente) via une série d’ouvrages d’art routiers (ponts et murs de soutènement).

Cet axe routier très emprunté par les Cognaçais est une pénétrante importante pour la ville de Cognac.

Petit rappel historique :

En 1872, la rectification du chemin de grande communication de Barbezieux à Macqueville est programmée. Le premier pont de Châtenay est construit en 1878 (pont voûte en maçonnerie) puis reconstruit après la seconde guerre en 1950 par un pont en béton armé.

Malgré sa valeur patrimoniale, le pont de Châtenay, long de 63 mètres, doit aujourd’hui, pour des questions de sécurité, être démoli et reconstruit.

Les murs de soutènement qui supportent le boulevard, construits à la même époque que l’ancien pont en maçonnerie, souffrent de nombreuses pathologies liées au vieillissement et aux contraintes auxquelles ils sont soumis.

Face aux enjeux importants de cette infrastructure routière, l’assemblée départementale a validé, lors du budget primitif 2018 au titre des grands travaux routiers, le projet de réhabilitation du boulevard de Châtenay et des ouvrages associés.

Cette opération de plus de 4 millions d’euros va être engagée en mars 2019 pour s’achever pour l’été 2020.

La LGV Sud Europe Atlantique en Charente

Au cœur d’une Europe à grande vitesse en cours de construction, la Charente a su saisir sa chance en obtenant que les Trains à Grande Vitesse circulant sur la LGV Sud Europe Atlantique fassent étape en gare d’Angoulême. Cet arrêt place notre département sur une liste restreinte de destinations ferroviaires européennes, situation récemment confortée par l’annonce récente de la construction du prolongement de la ligne vers Toulouse et Dax dans le cadre du projet GPSO

Si le Département fut un acteur majeur de ce dossier dès son origine, il continue à défendre au quotidien les intérêts des territoires charentais dans le chantier en cours et prépare l’avenir de la desserte charentaise en prévoyant dès maintenant les aménagements routiers et ferroviaires de demain.

Respect des engagements pris dans le cadre des conventions de la LGV SEA, valorisation de la desserte d’Angoulême et sécurisation de l’avenir ferroviaire de la Charente, voici les axes de notre intervention dans le domaine du rail.