En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

fermer

Les peintures révélées de l'Abbaye de La Couronne

Des recherches à l'abbaye Notre-Dame de La Couronne!

Le cabinet d'architectes du patrimoine AUBIN BAGUET a réalisé l'état sanitaire des vestiges de l'abbaye, afin d'établir un phasage de nettoyage et de restauration des vestiges. Lors de cet état sanitaire, les architectes ont remarqué la présence de quelques traces de polychromies sur les élévations et que d'importants dépôts de ciments recouvraient les maçonneries.

Il était donc important d'effectuer une recherche pour le nettoyage de ces dépôts, mais également une recherche plus en profondeur des peintures. Le Département a fait appel au cabinet Studiolo pour la réalisation d'essais de nettoyage et de prélèvements visant à caractériser les dépôts sur les pierres, mais également pour la recherche de polychromies. Cette étude permettra de mettre en place un protocole de nettoyage lors des prochaines interventions de restauration et de mieux comprendre les décors peints de l'abbaye Notre-Dame. 

Les dépôts de ciments
L'analyse des prélèvements a montré que l'exposition prolongée de la pierre aux émissions de la cimenterie pendant des décennies a favorisé la formation de ces épais dépôts constitués principalement de produits résultant de la cuisson du clinker (constituant principal du ciment). Ces dépôts sont compacts et ne permettent pas à la pierre de respirer, il est donc préconisé de les retirer afin d'assurer une bonne conservation des vestiges. 

Les décors peints
A l'aide d'une nacelle, le cabinet Studiolo a observé la totalité des parements afin de localiser précisément les zones conservant des peintures. Une cartographie précise de ces décors a pu être constituée.

Le décor le plus ancien observé date de la fin du XIIe siècle lors de la première phase de construction de l'abbaye. Il s'agit d'un décor simple, les joints ont été retracés au moyen de liserés rouges appliqués directement sur la maçonnerie. Ces liserés sont tracés à main levée directement sur la pierre sans application d'un enduit ou d'un badigeon de fond. Ils sont le plus souvent tracés à l'emplacement exact des joints des maçonneries. Sur les grandes baies du chevet, des décorations supplémentaires à deux tons d'ocre rouge et jaunes sont également présentes.

Une seconde phase de décoration a pu être observée, probablement mise en place dans le courant de la période médiévale. Ces peintures recouvrent les premiers décors, et ne sont présentes que dans les chapelles du transept. Il s'agit de nouveau d'un retraçage des joints, mais cette fois-ci avec une application préalable d'un épais badigeon d'ocre jaune sur l'ensemble des surfaces. Les liserés horizontaux sont alignés sur les vrais joints, mais les liserés verticaux sont décalés par rapport à ces derniers.
Certains chapiteaux portent également quelques traces de polychromies d'ocre jaune et rouge, afin de créer un contraste avec les décors sculptés.
Mais c'est surtout l'élévation orientale de la chapelle des Vierges qui présente le plus riche décor à cinq teintes, sur son arc. On peut ainsi observer des motifs d'étoiles, de quadrillages, de hachures ou de croix peints en blancs sur un fond gris-bleu. Un motif de ruban plié formant des chevrons est également visible, des perles blanches sont ajoutées sur fond gris-bleu dans ce ruban. Sous l'arc, une frise décorative est également peinte, on peut y voir des feuilles, rinceaux stylisés, perles et bandeaux, peints à l'aide de blanc, de gris-bleu et de jaune vif. Sur l'élévation nord de la chapelle de la Vierge, quelques fleurs de lys sont aussi observées.

A la suite de ces différentes observations, le cabinet Studiolo a formulé l'hypothèse que ces deux phases de décoration ont été réalisées entre la fin du XIIe siècle et le XIVe siècle. 

Ce travail a ainsi permis de mieux comprendre les différentes phases de décorations de l'abbaye, mais également de trouver des solutions pour la conservation de ces décors et pour le nettoyage des dépôts de ciments. Ce premier rapport permet de révéler les peintures de l'abbaye, ce qui peut nous permettre de pousser les investigations encore plus loin et de percer les secrets de l'abbaye Notre-Dame de La Couronne.