En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

fermer

Point de vue

LE GROUPE DE LA MAJORITÉ

La solidarité avant tout !

Une tempête de grêle soudaine et d’une violence inouïe s’est abattue, le 4 juillet dernier, sur 18 communes de la Charente.

Les énormes grêlons tombés à Saint-Sornin, Vilhonneur, Chazelles ou encore Chabanais ont provoqué sur leur passage de violents dégâts, broyant les véhicules et les toitures, laissant désemparées et désespérées plus de 1 500 familles et entreprises.

Le Département a pris immédiatement part à l’élan de solidarité qui s’imposait. Sur le terrain, ses agents des routes ont sécurisé les accès. Ses travailleurs sociaux ont accompagné les familles en difficultés et, sur décision de l’exécutif, le Centre de Plein air du Chambon a été mis à disposition des sinistrés pour leur offrir un hébergement d’urgence.

De leur côté, les sapeurs-pompiers du service départemental d’incendie et de secours de la Charente (SDIS16) et leurs collègues des départements voisins, venus en renfort, ont, entre autre, bâché sans relâche les toitures ravagées.

Enfin, les agents du GIP Charente Solidarités, l’outil du Département pour le logement, et ceux de l’Office Public départemental de l’Habitat, Logélia, continuent à assurer, par leur présence, un soutien précieux et étudient aujourd’hui toutes les solutions de relogement avec les familles concernées.

Les Conseillers départementaux de la Majorité remercient et saluent l’engagement et la mobilisation de tous, à laquelle, collectivement et individuellement, ils ont participé. Ils restent attentifs et déterminés à apporter tout leur soutien aux Charentais sinistrés, et à poursuivre les actions nécessaires pour un retour à une vie apaisée.


Extrait du Charente Mag mi-mandat

LE GROUPE DES ÉLUS DE GAUCHE

Solidarité avec les sinistrés

Le 4 juillet dernier s'est abattu sur l'est de notre département un orage sans précédent qui a laissé des paysages dévastés et une population en état de choc.

Après cet évènement les communes ont parfaitement joué leur rôle en permettant la mise à l'abri des personnes touchées et la sécurisation des bâtiments qui pour certains menaçaient de s'écrouler.

Des stocks ont été perdus, des entreprises mises à l'arrêt. Cette catastrophe climatique se double donc d'un véritable défi économique : de longs mois seront nécessaires pour que les stigmates de cet évènement disparaissent du paysage.

Dans cette épreuve, le Département a été particulièrement discret et n'a pas à notre sens suffisamment soutenu les sinistrés. La Région Nouvelle-Aquitaine quant à elle a débloqué 2 millions d’euros pour agir immédiatement aux côtés des acteurs locaux.

Cette épreuve climatique malheureusement ne sera pas la dernière où que l'on se trouve. Il devient politiquement important de mener une réflexion avec tous les élus , les citoyens et les corps intermédiaires pour nous adapter à ces changements. Et le département à son rôle à jouer.

Aujourd'hui l'heure est à la reconstruction. Les habitants, les agriculteurs, les entreprises vont avoir besoin du soutien de toutes les collectivités locales concernées pour relancer leur activité et retrouver une situation normale.

Nous serons particulièrement vigilants au sein de l'assemblée départementale afin que l'institution prenne toute la mesure des défis qui attendent ce territoire et apporte enfin un soutien à la hauteur des enjeux, notamment sur la reconstruction des biens publics.

Extrait du Charente Mag mi-mandat